FODMAP : des sucres problématiques dans le cadre du Syndrome de l’Intestin Irritable

Last modified date

Comments: 11

Que sont les Fodmap ? Et pourquoi engendrent-t-ils des problèmes de digestion chez certaines personnes ?

Ayant choisi comme nom de blog « Sans Fodmap », il me semble que je vous dois une explication. Car je suis consciente que beaucoup d’entre vous n’ont aucune idée de la signification de cet acronyme.

Et pourtant… vous en mangez presque tous les jours (ou mangiez, si vous êtes atteints comme moi du Syndrome de l’Intestin Irritable).

Que signifie le terme Fodmap ?

FODMAP est un acronyme anglais qui signifie Fermentable by colonic bacteria Oligosaccharides, Disaccharides, Monosaccharides, and Polyols. Pour faire simple, ce sont des sucres très peu absorbés par l’intestin grêle. Ces sucres arrivent donc intacts dans le côlon où ils vont être fermentés par la flore intestinale. Ils passeront totalement inaperçus chez les sujets sains, mais provoqueront des troubles digestifs chez les personnes atteintes de colopathie fonctionnelle ou SII… en clair, eux et moi, on est plus vraiment copains !

Les Fodmap provoquent des troubles digestifs chez 3 personnes sur 4 atteintes d’une colopathie fonctionnelle digestive.

Et là, vous vous dites sûrement : « Ok, ce sont des sucres, donc si je fais attention à ne plus trop manger de produits sucrés : gâteaux, bonbons et autres gourmandises, je ne devrais plus avoir de symptômes ! ». Malheureusement, c’est un petit peu plus compliqué que ça (d’où la création d’un blog sur le sujet ;)).

En réalité, des aliments comme l’ail, le topinambour ou l’artichaut (on est bien loin de l’éclair au chocolat ou la glace Ben and Jerry’s…), contiennent des Fodmap et sont donc problématiques si vous souffrez d’une colopathie fonctionnelle digestive.

Où trouve-t-on ces sucres ?

  • Oligosaccharides : comprend les fructanes et les galacto-oligosaccharides. Le fructane se retrouve dans le blé, le seigle, l’orge, l’ail, la partie blanche des oignons, le choux, le topinambour, l’artichaut, l’asperge, la betterave, le poireau, la pistache, la noix de cajou, la chicorée… Le galactane se retrouve dans les légumes secs comme les haricots rouges, les pois-chiches ou les flageolets par exemple.
  • Disaccharides : le lactose présent en grande quantité dans les produits laitiers frais (lait, fromage blanc, fromage frais, yaourt…).
  • Monosaccharides : le fructose lorsqu’il est en excès par rapport au glucose dans le fruit comme par exemple dans la pêche, la poire, la cerise, l’abricot, la pomme, la pastèque etc.
  • Polyols : (polyol, sorbitol, mannitol) présents dans les produits édulcorés, l’avocat, le champignon etc.
Exemple de plat très riche en Fodmap : blé (fructane), crème (lactose), champignons (mannitol)

Je vous vois venir. Vous pensez qu’il y a des Fodmap PARTOUT et que vous n’allez plus rien pouvoir manger. Il est vrai que le régime pauvre en Fodmap est assez contraignant et restrictif.

La bonne nouvelle est que la teneur en Fodmap varie selon la quantité (peut-être que vous pouvez apprécier quelques morceaux d’un aliment mais pas une énorme quantité) et selon la préparation effectuée (les champignons en boîte ne contiennent pas autant de Fodmap que les frais, même chose pour le maïs par exemple). Certaines astuces vous permettront de manger certains aliments riches en Fodmap, je les partagerai bientôt dans un prochain article 🙂

Enfin, je ne sais pas si vous l’avez remarqué mais la viande, les oeufs, le poisson et les crustacés ne contiennent aucun Fodmap. Ouf, ça va déjà un peu mieux.


Pour connaître la liste complète des aliments autorisés dans le cadre d’un régime pauvre en Fodmap, je vous conseille de télécharger l’application Fodmap de la Monash University.

Mon article à ce sujet :

Régime sans Fodmap : simplifiez-vous la vie !

Le diagnostique tombe. Vous êtes atteint de colopathie fonctionnelle digestive. Votre docteur vous conseille de suivre un régime pauvre en fodmap … heu, pardon ? Vous avez beau chercher mais…

Lire la suite

Pourquoi provoquent-ils des problèmes de digestion ?

Comme vu précédemment, ces glucides sont fermentés par la flore du côlon. Chez les personnes atteintes du SII, cette fermentation donne lieu à des ballonnements importants et des douleurs abdominales. Ces symptômes ne se déclenchent pas directement après les repas, mais plutôt 4 à 5 heures après, lorsque les sucres fermentescibles arrivent dans le côlon. Une fois présents, ces joyeux symptômes peuvent durer plusieurs heures… et engendrer des problèmes de transit (qui devient alors trop lent ou trop rapide). En bref, ce n’est pas une partie de plaisir et ça peut vite devenir handicapant au quotidien.

Comment explique-t-on ces symptômes ?

Tous les mécanismes à l’œuvre ne sont pas encore bien connus, mais certaines études ont montré que les personnes ayant le Syndrome de l’Intestin Irritable souffrent :


– d’un déséquilibre du microbiote qui peut engendrer plus de ballonnements que la normale en présence des Fodmap.


– d’une altération de la motricité de l’intestin grêle et du côlon. Les ballonnements peuvent donc rester « bloqués » dans les intestins plus longtemps.


– d’une hypersensibilité des nerfs intestinaux. Une sensation normale chez un sujet sain peut être perçue comme douloureuse chez le colopathe (les ballonnements n’y font pas exception).

Ces déséquilibres pourraient expliquer cette « intolérance » aux Fodmap. Chez certaines personnes la situation se rééquilibre et elles sont capables d’en manger à nouveau au bout de quelques mois/années. Pour ne rien vous cacher, ce n’est pas mon cas, mais je garde bon espoir 😉

Que faire lorsqu’on ne supporte pas les Fodmap ?

Si vous venez d’être diagnostiqué colopathe et que vous ne tolérez pas bien ces sucres fermentescibles, votre médecin vous conseillera de suivre un régime pauvre en Fodmap pour deux raisons :

1) Cela permettra de soulager vos symptômes très rapidement. La simple éviction des Fodmap permet d’améliorer les symptômes de 3 personnes sur 4 atteintes du SII. Les douleurs et potentielles inflammations liées diminueront. Et puis… quel bonheur de passer une journée avec le ventre plat et sans douleurs 🙂

2) La phase de réintroduction, qui suit la phase du régime strict, vous permettra de repérer à quels sucres vous êtes sensible (un seul, plusieurs ou tous) et d’adapter ensuite votre régime à vos tolérances personnelles.

Et vous, connaissiez-vous les Fodmap ?

Retrouvez-moi aussi sur Instagram !

11 Responses

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Post comment