Qu’est-ce que le SIBO ? Peut-on en guérir ? Mon expérience

Last modified date

Comment: 1

SIBO est un acronyme pour Small Intestinal Bacterial Overgrowth.

En français, cela signifie prolifération bactérienne dans l’intestin grêle.

Peu connu et souvent mal pris en charge, guérir du SIBO peut être un véritable parcours du combattant.

Qu’est-ce que le SIBO ?

Normalement, l’intestin grêle ne comporte que très peu de bactéries. Lorsqu’on a un SIBO, les bactéries qui devraient se trouver dans notre côlon colonisent de façon chronique l’intestin grêle.

Lorsque tout se passe bien, notre corps possède des mécanismes qui empêchent cette prolifération de bactéries comme :

  • L’acide gastrique
  • Le peristaltisme intestinal

En cas de SIBO, un ou plusieurs de ces mécanismes fonctionnent moins bien et permettent donc cette prolifération anormale.

Quels sont les symptômes du SIBO ?

Les symptômes du SIBO sont très similaires à ceux du Syndrome de l’Intestin Irritable. D’ailleurs, le diagnostic du Syndrome de l’Intestin Irritable est le plus souvent posé face à des troubles digestifs chroniques mais ceux-ci peuvent aussi cacher un SIBO.

En effet, une étude menée par la clinique Cedars-Sinai Medical Center a révélé que sur 200 patients à qui l’on avait posé le diagnostique du Syndrome de l’Intestin Irritable, 78 % d’entre eux avaient un SIBO.

Les principaux symptômes du SIBO sont :

  • Dyspepsie et reflux gastro-œsophagien
  • Ballonnements très rapidement après avoir mangé (30 à 40 minutes environ)
  • Difficulté à digérer les glucides fermentescibles (Fodmap) : les bactéries fermentent ces sucres ce qui engendre d’importants ballonnements
  • Troubles du transit (constipation, diarrhée ou alternance des deux)
  • Carences nutritionnelles (notamment en vitamine B12)
  • Perte de poids involontaire
  • Fatigue chronique et parfois même un brouillard mental

Comment savoir si l’on souffre du SIBO ?

Le diagnostic du SIBO se fait grâce à un test respiratoire (breath test).

Le principe de l’examen est de mesurer la quantité d’hydrogène dans l’air expiré après ingestion d’un sucre (lactulose ou glucose). L’hydrogène provient de la fermentation de ces sucres par les bactéries intestinales.

Il y a débat sur le meilleur sucre à utiliser pour repérer le SIBO mais il me semble que les hôpitaux utilisent aujourd’hui le glucose.

Où passer le Breath Test ?

Certains hôpitaux et cliniques proposent de passer le breath test un peu partout en France. Vous pouvez vous faire délivrer une ordonnance avec l’inscription « recherche de pullulation bactérienne dan l’intestin grêle » par votre médecin traitant ou votre gastro-entérologue.

Peut-on guérir du SIBO ?

La bonne nouvelle, c’est que la guérison est possible. En revanche, elle est soumise à une condition : traiter la cause plutôt que le symptôme.

Le SIBO est le symptôme d’un déséquilibre ou de quelque chose qui gêne le bon fonctionnement de l’intestin grêle (ex : obstructions dues à une chirurgie). Il faut donc adresser en premier la cause, avant de vouloir traiter le symptôme car il reviendra inévitablement si le déséquilibre est toujours présent.

Il existe plusieurs causes possibles : diabète, hypothyroïdie, maladie auto-immune, obstructions, stress chronique… le mieux est de s’entourer d’un professionnel connaissant bien le sujet pour vous aider à y voir plus clair et soigner correctement le SIBO : c’est-à-dire en partant du début plutôt que de la fin !

Les ressources intéressantes pour mieux comprendre le SIBO et ses causes : Une ressource que je vous conseille vivement est le blog de la nutritionniste Amy Hollenkamp qui a souffert du SIBO et qui est guérie aujourd’hui. Elle communique énormément sur les causes du SIBO et les erreurs fréquemment commises pour le traiter.

Ces contenus sont en anglais mais vous trouverez sur son compte Instagram (@AmyHollenkamp) des schémas plutôt simples et explicatifs.

Ce que j’aime dans ses articles, c’est qu’elle détaille précisément les différentes causes et déconstruit les mythes qui circulent autour du SIBO. Par exemple, suivre un régime sans sucres très restrictif dans le but « d’affamer les bactéries » ne suffira pas à guérir du SIBO. Au contraire, le sous-poids et les carences peuvent aggraver la situation.

J’ai suivi ce genre de régimes et croyez moi, la seule qui était affamée, c’était bien moi 😉

Une deuxième ressource que je vous conseille est le podcast « The Healthy Gut » ainsi que les articles sur le blog du même nom. Ils regorgent d’informations pour comprendre les causes du SIBO, les mécanismes en jeu etc.

Je vais maintenant vous expliquer mon parcours et les leçons que j’en ai tirées.

Les erreurs fréquemment commises pour guérir le SIBO : mon expérience

L’erreur la plus courante est de vouloir traiter le SIBO comme si c’était une angine.

Je m’explique : après mon diagnostique, mon gastro-entérologue m’avait simplement prescrit un antibiotique pour éradiquer l’excès de bactéries, sans chercher à comprendre en premier lieu ce qu’il se passait.

Puis, comme la situation ne s’était pas arrangée quelques mois après, elle m’a proposé une nouvelle cure d’antibiotiques. Cette approche, couplée à une modification du régime alimentaire (régime Low carb, pauvre en fodmap etc) est très fréquente pour soigner le SIBO. Malheureusement, elle n’est souvent pas suffisante et parfois même contre-productive.

Aujourd’hui, je sais qu’un SIBO ne se traite pas simplement en modifiant son alimentation et en prenant des antibactériens (antibiotiques ou naturels). Il faut agir de manière globale et travailler sur la résolution de la cause en premier lieu.

Pour comprendre quelle était l’origine de mes troubles, j’ai demandé à être suivie par le service des explorations fonctionnelles digestives dans le CHU près de chez moi. J’ai eu la chance d’être très bien accompagnée par la gastro-entérologue en charge du service, qui m’a fait passer plusieurs tests (scintigraphie de la vidange gastrique, entéroscanner, phmétrie oesophagienne…).

La piste du nerf vague

Dans mon cas, la cause la plus probable de mes troubles digestifs est une hypotonie du nerf vague. Cette hypotonie pourrait entraîner un mauvais fonctionnement du péristaltisme intestinal et une hypochlorhydrie (faible acidité gastrique).

Le nerf vague assure la liaison entre le système nerveux central et le tube digestif. Son action pourrait être perturbée lorsque l’organisme subit un stress chronique par exemple.

La bonne nouvelle c’est que l’action du nerf vague peut-être renforcée et que la situation peut donc se rééquilibrer avec le temps. Ma gastro-entérologue m’a donc prescrit un stimulateur trans-auriculaire du nerf vague que je dois utiliser pendant 20 minutes quotidiennement. *

Néanmoins, cette solution est encore expérimentale et je ne pourrais donc vous dire si elle a de réels effets à l’heure où je vous parle car je commence à peine l’essai. Une étude pilote a d’ailleurs été réalisée pour juger de l’efficacité de cette solution. Elle a montré des résultats plutôt encourageants pour les sujets atteints du Syndrome de l’Intestin Irritable à tendance constipation.

*Le stimulateur n’est pas la seule solution pour renforcer l’action du nerf vague. Si cela vous intéresse, je vous conseille vraiment la lecture du livre « Activez votre nerf vague » du Dr Navaz Habib. Il m’a permis de comprendre l’importance de bien respirer et de gérer son stress pour prévenir les troubles digestifs chroniques.

En parallèle de mes recherches, j’ai effectué un suivi naturopathique pour améliorer ma digestion et soutenir mon foie. Enfin et surtout, je me suis beaucoup écoutée et j’ai adapté mon alimentation en fonction de mes réactions. J’ai donc arrêté de suivre les régimes trop drastiques recommandés parfois pour soigner le SIBO.

Cela m’a permis de regagner un poids normal et finalement une digestion plus efficace. Le fait d’avoir un poids normal permet également de ne pas stresser l’organisme (qui n’est plus en mode survie), ce qui est très important puisque le SIBO peut être justement déclenché par un stress chronique.

Comme annoncé en début d’article, soigner un SIBO est un peu le parcours du combattant actuellement mais il faut garder en tête que ce n’est pas impossible 🙂

N’hésitez pas à me partager vos expériences en commentaire si vous aussi vous êtes atteint(e) du SIBO !

1 Response

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Post comment